.  

Ceux qui fuient se dirigent vers Bwalanda, Kanyabayonga ou dans un autre endroit jugé plus ou moins sécurisé. Nous sommes ici dans le territoire de Rutshuru. Depuis ce Jeudi matin par exemple, des Mai-Mai du groupe NDC Gudon ont été signalés à Kitanda, un village de la chefferie de Bwito. La présence de ces hommes porteurs d’armes a préoccupée les habitants de Kikuku et Nyanzale, deux notabilités de la même chefferie respectivement situées à une cinquantaine de Kilomètres de Kanyabayonga au Nord de Goma. Certains ont du même quitté leurs maisons pour se réfugier à un endroit plus ou moins sécurisé, mouvement consécutif pour le moment.

Notre source sur place signale d’ailleurs des affrontements ce même Jeudi. Accrochages qui ont opposé les éléments Mai-Mai supposés appartenir au groupe Nduma Défense du Congo NDC-Gudon en provenance d’Ikobo, village du territoire voisin, contre les combattants Nyatura alliés aux Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda FDLR. Tous se disent venir libérer les leurs, ce qui explique la base même du conflit, fait voir un observateur dans la région.

Pour sa part, le fonctionnaire délégué  du gouverneur de la province du Nord-Kivu à Bwalanda invite ses administrés au calme. Mr Alphonse MAHANO, joint au téléphone par notre confrère Faustin TAWITE ce Vendredi, signale que nul ne sait d’où viennent les assaillants. Pour lui donc, il faut être solidaire et prudent pendant cette période qui s’annonce des troubles interethniques dans cette partie R.D Congolaise de la province du Nord-Kivu.

Et face à la situation chaotique, la population fustige l’inaction des Forces Armés de République Démocratique du Congo présentes dans ce coin. Ces victimes reconnaissent tout de même que l’effectif des FARDC est réduit dans cette zone, pourtant opérationnelle. Malgré son effectif réduit, elle ne devrait quand même pas prendre le recul, s’alarme une rescapée.

Jusqu’où iront-ils ces habitants de Bwito qui abandonnent leurs villages. En tout cas la destination reste aussi douteuse, s’inquiète le journaliste d’une radio locale, qui, depuis un temps s’est penché sur cette question. Les éléments des FDLR occupent la grande partie à la lisière du parc national des Virunga, proches d’eux, les hommes de la milice Nyatura éparpillés presque partout dans zone. Et pour l‘instant, les Mai-Mai de la faction dissidente de NDC Cheka aux ordres de Gudon en provenance du territoire voisin occupent près de quatre villages dans la même circonférence, renseigne ce journaliste.

 

La chefferie-collectivité de Bwito, où vivent plus d’une communauté, est ce dernier temps le théâtre des mésententes entre les ethnies qui la peuplent. Les jeunes gens, se rangent derrière les groupes armés sous l’idéologie d’auto défense. Agissant sur la base d’analogie linguistique pour la plus part, ces groupes armés locaux appartiennent visiblement aux communautés locales qui, chaque fois disent vouloir faire face aux menaces de leurs pairs.